Je n'allais quand même pas utiliser facebook !

Ce blog n'est pas une blague.

Concours de bouteille

Classé dans : Textes annexes — 23 avril 2014 @ 14 h 44 min

Un homme est assis au comptoir , la bouteille vide posée à ses côté. Il fait lugubre et la dernière bougie du tavernier projette une grande ombre de culot sur le mur du fond. La pièce est bordée d’obscurité de sorte qu’elle est propice à l’onirisme. La scène est silencieuse et se passe tout en douceur. Le barman est absent mais personne ne le réclame.

L’homme et la bouteille sont les personnages principaux , mais l’on ne sait pas encore s’il s’agira d’une pièce de théâtre ou d’une simple brève. En tout les cas , cela sera court puisque la limite de mots est imposée à cinq-cent au grand maximum.

A présent , il s’agit de les faire agir , intervenir. L’homme pourrait s’adresser à la bouteille. La torpeur qui vous prend , lecteur , à la lecture d’un texte nocturne , se prête à la fantasmagorie. L’obsolescence de la décoration ose l’analepse et nous projette dans d’anciens souvenirs et romantismes enfouis.
Je pourrai d’ailleurs vous assaillir de mots savants et joliment tournés , de sorte que plus personne ne doute de la qualité littéraire de mon texte.

Au contraire , qui m’empêche de ne rester qu’omniscience ? Décrire la déchéance social d’un regard sobre et pourtant compatissant. Vous nourrir de conceptuel et de maxime qui résonneraient dans le silence , sonnant comme des éclats divins. Une caresse rose sur un meuble poussiéreux. Tenez ! Abusons des métaphores douteuses et autres figures de styles nécessaire à toute qualité.

Je pourrai , tel un Lamartine , vous versifiez cela. En faire un ténébreux laïus ou un gluant mélo. Quelque chose de pompeux et jaillissant au son des quatrains.
Mais un sonnet serait bien court.

Abandonnons l’idée. Chassons l’homme et faisons un feu d’artifice du breuvage. L’ajustement sublime des parfums exotiques et l’ivresse grise qui s’échappe en volutes de récipient. Je chanterai saveur , grands crus et arrière goût de pomme. Est-ce de la cannelle qui excite mon palais ? L’onctueuse amertume attire la langue et appel à l’érotisme.

Mais assez de simagrées. La bouteille fait quinze centimètre sur huit de diamètre , c’est un mauvais vin sans saveur et d’une année stérile.
L’homme , quand à lui , est venu fêter quelque victoire et s’est endormi en ces lieux comme un bien heureux. Il ronfle d’ailleurs , enlaçant quelque ours en peluche , imaginaire.
Enfin , la pièce vient d’être repeinte et bien que l’heure soit tardive , elle imprègne les lieux de l’odeur du neuf et inspire confiance.

Voyez , lecteurs , comme il m’est facile de faire une fiction.

Un commentaire »

  1. theophilerobineau dit :

    Une petite bataille de texte pour bizutage. ^^
    500 mots maximum, 4 imposés et la boisson comme thème.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Journal De Lecture Othello |
Une Cerise à la Mer |
Tribulations et autres non-... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Aupaysdeslivresdeantracith
| Saffaetcharlotte
| Vis, Vole et Deviens...